Loading Events

L’HEURE DE MUSIQUE

 

Un Bohémien à New York, un Américain à Paris

Een Boheemer in New York, een Amerikaan in Parijs

 

 

Antonin DVORAK (1841-1904)

 

Quatre Bagatelles op.47 / Vier Bagatellen op.47 (arr./bew. G. Emerson)

voor twee violen, altviool, cello, kontrabas, fluit, hobo, klarinet, hoorn en fagot

pour deux violons, alto, violoncelle, contrebasse, flûte, hautbois, clarinette, cor et basson, Allegro scherzando – Tempo di Minuetto – Allegretto scherzando – Poco Allegro

 

George GERSHWIN (1898-1937)

 

Un Américain à Paris / Een Amerikaan in Parijs (arr./bew. W. Renz)

voor twee violen, twee altviolen, cello, kontrabas, fluit, hobo, klarinet, hoorn en fagot

pour deux violons, deux altos, violoncelle, contrebasse, flûte, hautbois, clarinette, cor et basson

 

 

Claudine Schott, violon/ viool – Emilie Dewilde, violon/viool – Laure Bonnemaison, alto/altviool – Maxime Devinck, alto/altviool – Christine Mazingue, violoncelle/cello – Claire-Sarah Fouché, contrebasse/kontrabas – Marie Caron, flûte/fluit – François Héroufosse, hautbois/hobo – Alain Baudhuin, clarinette/klarinet – Paul Litterio, cor/hoorn – Pierre Dubuisson, basson/fagot

 

L’HEURE DE MUSIQUE

 

Nous venons de France, de Belgique, d’Allemagne et des Etats-Unis. Les années d’expérience n’ont en rien entamé la fraîcheur de notre approche. Chacun apporte sa pierre à l’élaboration d’une interprétation partagée par tous. La magie de la musique de chambre réside bien dans cet échange intime et dans l’indispensable écoute mutuelle des intentions les plus subtiles. Nous sommes guidés dans notre recherche d’idéal musical par le chef d’orchestre Guy Van Waas. En huit ans d’existence et près d’une centaine de concerts, nous avons parcouru les œuvres majeures de la musique de chambre en grand effectif de Haydn à Gershwin.

 

L’Heure de Musique pratique également l’accompagnement de films muets. En janvier et février 2020, en configuration orchestre de chambre, l’ensemble participait à sept projections (Bruxelles, Charleroi et Liège) du film muet LA VILLE SANS JUIFS de Bettauer. Tourné en 1924 en Autriche, ce document exceptionnel préfigure les lois raciales de Nuremberg excluant les Juifs de certaines activités et les expulsant de leurs habitations. Cette fiction résonne étrangement de nos jours. Outre le message historique et dystopique, on revit l’ambiance d’une séance de cinématographe des années 1920 grâce à la présence au pied de l’écran de 16 musiciens dirigés par Léonard Ganvert. Ce ciné-concert a été joué une douzaine de fois à Paris, Anvers, Bruxelles, Colfontaine. Il poursuit sa carrière en Belgique et aux Pays-Bas.