Chargement Évènements
Cet évènement est passé

Gabriel FAURE (1845-1924)

Trio à clavier opus 120

Allegro non troppo – Andantino – Finale : Allegro vivo

 

Rebecca CLARKE (1886-1979)

Piano Trio, 1921

Moderato ma appassionato – Andante molto semplice – Allegro vigoroso

 

TRIO KHNOPFF

Le TRIO KHNOPFF attire l’attention du monde musical dès la parution de son premier album «Weinberg 1945» qui recueille les plus hautes distinctions. La critique internationale loue l’énergie qu’il dégage, l’originalité de ses choix artistiques et l’intensité expressive de ses interprétations. Réunis autour d’un peintre symboliste belge dont l’œuvre exceptionnelle témoigne de la vivacité de l’art à Bruxelles au tournant du XXe siècle, ces trois musiciens exceptionnels partagent leur formidable expérience de chambriste et leur créativité pour défendre avec enthousiasme et exigence des programmes novateurs. Formés dans les plus prestigieux établissements européens, honorés de nombreux prix et récompenses, ils mènent individuellement une riche carrière, se produisant aux quatre coins du monde et réalisant de nombreux enregistrements en solo ou en musique de chambre. Leur complicité leur permet d’exploiter en profondeur les formidables possibilités techniques et émotionnelles du répertoire pour trio à clavier.

Esprit libre et d’avant-garde résolument moderne et sans concession, Fernand Khnopff laisse une œuvre picturale d’une incomparable séduction, entre portraits mystérieux, paysages mélancoliques et énigmes indéchiffrables. La musique – et le silence – y tiennent une place particulière. Sa carrière s’étale des années 1880 à 1920, époque de toutes les expérimentations et aventures artistiques. Au-delà de sa connaissance approfondie du « grand répertoire », le Trio Khnopff s’attache à explorer et défendre les œuvres de cette période, faisant dialoguer des pièces audacieuses célèbres ou injustement oubliées par l’histoire. Il interprète régulièrement Weinberg, Frank Martin, Rebecca Clarke, Saint-Saëns,… aux côtés de Brahms, Dvorak ou Piazzolla. Il se produit dans de nombreux festivals européens et s’envolera bientôt pour sa première tournée en Chine.

 

 

Que dit le Trio Khnopff sur son programme ?

Nous voulions fêter le centenaire de deux œuvres majeures !

Le Trio de Gabriel Fauré est l’œuvre… d’un vieux compositeur sourd, fatigué, convaincu d’«être arrivé à la fin de ses ressources » et de « ne plus avoir deux notes en tête valant la peine d’être écrites ». De prime abord, pas le plus appétissant des tableaux… et pourtant, quelle noblesse de ton dans cette pièce qui régénéra son auteur de 77 ans !

Mais pourquoi diable Rebecca Clarke est-elle encore si méconnue de ce côté-ci de la Manche ? D’une rareté incompréhensible dans les salles de concerts du continent et d’une qualité rare, son Trio dramatique est un contrepoint parfait à Fauré, offrant une autre vision de la création musicale de cette période. Le Trio de Rebecca Clarke allie puissance dramatique et inventivité mélodique. Compositrice majeure de la première partie du XXe siècle ayant partagé sa vie entre l’Angleterre et les Etats-Unis, elle commence – enfin – à être jouée plus souvent en Europe continentale. Nous espérons concourir à ce regain d’intérêt en programmant régulièrement son trio à clavier.

 

Gabriel Fauré (Pamiers, 1845– Paris 1924), fils d’un instituteur, suit dès l’âge de 9 ans les cours de l’école de musique Niedermeyer. Elève et ami de Saint-Saëns, c’est comme organiste que Fauré fait ses débuts à Rennes (1866). Il est nommé en 1877 maître de chapelle puis organiste à la Madeleine.

Parallèlement, il est un hôte apprécié des salons parisiens où son caractère, ses qualités pianistiques et d’improvisation font merveille : il sera d’ailleurs fiancé un temps à l’une des filles de la célèbre cantatrice Pauline Viardot qui animait un salon réputé. En 1896, il est titulaire du grand orgue de la Madeleine, puis professeur de composition au Conservatoire, où il comptera de nombreux et prestigieux élèves : Florent Schmitt, Charles Koechlin, Nadia Boulanger, Maurice Ravel. Il en devient le directeur en 1905.

Le nom de Fauré est indissociablement lié aux mélodies, aux pièces pour piano et à la musique de chambre, dont il est le véritable créateur en France. Mélodiste de tout premier plan, sa musique se marie remarquablement aux poèmes de Verlaine, Hugo, Jean de la Ville de Mirmont, Armand Silvestre… Ses pièces pour piano, éloignées de tout effet, sa contribution majeure à la musique de chambre (Quatuors pour piano et cordes, sonates pour piano et violon…), son célèbre Requiem (1887) le placent aux côtés d’un Debussy et d’un Ravel parmi les grands compositeurs qui régénérèrent la musique française au tournant du siècle.

 

Rebecca Helferich Clarke (1886-1979) était une compositrice et altiste britannique, connue surtout pour ses compositions en musique de chambre. Elle fit ses études au Royal College of Music.

Son style est d’abord influencé par l’impressionnisme de Debussy mais on peut trouver dans certaines de ses œuvres des allusions à Lekeu, Hindemith,…  De 1939 à 1942, sa dernière période prolifique, son style devient plus clair et se rapproche du néo-classicisme. Elle a écrit 52 chants, 11 œuvres chorales, le trio pour piano et la sonate pour alto. Son travail est oublié pendant une longue période jusqu’à ce qu’une radio diffuse une de ses œuvres en 1976 pour ses 90 ans. Depuis les années 2000, son œuvre est publiée et enregistrée.